Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

AvatarLe film met en scène le voyage d’un individu à travers 4 réalités « objectives ».

De ces réalités objectives nous distinguerons la réalité « en soi », que nous appellerons le Réel.

Nous nommerons le Réel ici « Pandora », mais en toute rigueur le Réel ne devrait pas être nommé (lui donner un nom, c’est l’inscrire dans une réalité objective).

De façon incidente, le film montre aussi la fragilité de la réalité subjective (celle qui est vécue par les différents sujets).

La réalité subjective est toujours fragmentaire et lacunaire. Les sujets apprennent à la rendre objective. Ils le font de plusieurs manières, mais c’est tout ce que l’on appelle la culture qui contribue à cette objectivation. (Langue, croyances, connaissances, habitudes…)

Dans le film, il y a donc quatre réalités objectives. 

 

1)      Celle des commerciaux exploitant le minerai dont est dotée cette planète. Pour eux, les habitants originels n’ont pas de réelle importance. Il serait mal vu de les massacrer (il semble qu’il faille craindre une opinion publique) mais l’idéal serait qu’il n’y ait personne. Et donc la solution militaire au problème posé par leur présence est tout à fait envisageable. Pandora est avant tout un gisement du minerai convoité. La réalité est d’essence économique. Représentant : Parker.

2)       Celle des militaires. Pandora est un « enfer ». En effet, elle est remplie d’espèces hostiles. La réalité est faite de rapports de forces entre espèces ou entre « camps ». Les habitants originels, les Na’vis, sont hostiles puisqu’ils refusent de se soumettre aux impératifs économiques. La réalité « militariste » est sous la dépendance de la réalité économique. Mais elle a avec elle un langage commun, celui de la conquête et de l’efficacité. C’est le « réalisme » de ceux pour qui compte ce qui procure du pouvoir. Représentant : le colonel Quaritch.

3)      La réalité des scientifiques : Pandora est une planète (lune d’une géante gazeuse) qui présente une immense variété d’espèces vivantes, donc un ensemble de connaissances à acquérir. La réalité est d’essence matérielle, mais il s’agit surtout d’apprendre à connaître quelles sont les propriétés de cette matière. Représentant : Dr. Grace Augustine.

4)      La réalité de la tribu des Na’vis dont il est principalement question : les Omaticayas. Pour eux Pandora est un être vivant dont « l’âme » est une déesse, 'Eywa, qui met en relation l’ensemble des créatures vivantes. Cette divinité agit d’ailleurs de façon subtile en envoyant des « signes » qu’il faut apprendre à interpréter. Elle finira même par agir de façon plus évidente, lorsque la survie des Na’vis sera menacée. La réalité est donc d’essence « mystique » : elle est vivante et on peut y participer de façon intuitive et affective.Représentant principal : Neytiri.

 

Le personnage principal (Jake Sully) va passer de la 2ème réalité (c’est à l’origine un militaire) à la 4ème, à travers un parcours initiatique (et amoureux) qui le conduira à vivre des expériences subjectives bouleversantes (transformation de la réalité subjective) qui feront éclater les cadres objectifs successifs dans lesquels il s’efforce de les intégrer. Jusqu’à ce qu’il parvienne à rejoindre totalement la réalité objective des Na’vis, dont il devient d’ailleurs le « sauveur ».

On notera que ce qui existe dans une réalité peut être totalement inexistant dans une autre. Ainsi la déesse « ‘Eywa » n’existe pas du tout pour les réalités n°1 et 2. Et elle doit être totalement réinterprétée (réseau « neuronal » de transfert d’informations) pour recevoir un sens dans la réalité n°3. Ce qui peut être rapproché de la célèbre formule de Protagoras : « Chacun est mesure de ce qui est et de ce qui n’est point ».

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Philosophia
  • : Blog destiné en priorité à mes élèves , mais je serais heureux de le partager avec tous ceux qui s'intéressent à la philosophie. On y trouvera des cours, des documents, des corrigés. Attention, il est formellement déconseillé de faire du copier-coller s'il s'agit de faire un devoir ! Par contre, on peut utiliser librement tout le contenu, surtout si on est élève ! Les commentaires sont les bienvenus.
  • Contact

La Liberté