Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Fondamentalisme religieux et terrorisme : y a-t-il un lien ?

 

L’astrophysicien musulman Nidhal Guessoum met en garde contre un courant de l’Islam contemporain que l’on peut qualifier de « fondamentaliste »[1]. Ce courant prétend trouver dans le Coran des indications précises portant sur des connaissances que la science moderne a pu acquérir grâce à ses propres efforts. Ce courant est appelé I`jaz `Ilmiy : la « miraculosité scientifique » du Coran. Son but déclaré est double.

 

 

* D’abord, montrer que le Coran est un livre venant de Dieu puisque il contient des connaissances que l’humanité de l’époque à laquelle il fut révélé ne possédait pas.

* Ensuite, montrer que les connaissances scientifiques actuelles sont en accord avec le message religieux de l’Islam, mais seulement dans la mesure où ces connaissances étaient déjà contenues dans le Coran.


L’origine historique de cette manière d’appréhender le rapport entre la science et la religion musulmane peut être cherchée assez loin dans le temps, puisque Nidhal Guessoum mentionne parmi les penseurs les plus anciens ayant inspiré cette mouvance intellectuelle les noms de Al-Ghazali (1058-1111) et de Al-Suyuti (1445-1505). Mais ce ne serait qu’à la fin du 19ème siècle, voire au début du 20ème siècle que serait vraiment apparue cette lecture du Coran orientée par le désir de retrouver dans ce texte des éléments corroborés par les découvertes scientifiques modernes. Nidhal Guessoun cite notamment Muhammad al-Iskandarani, un médecin de la fin du 19ème siècle, et Tantawi Jawhari, auteur d’une « Encyclopédie coranique » (1923)[2]. Et c’est seulement récemment que ce courant a pris son essor, au point de devenir très influent parmi les musulmans. Le livre du médecin français Bucaille[3] a ainsi constitué le véritable point de départ du renouveau de cette tentative de « prouver » la vérité de la religion musulmane en faisant « concorder » tel ou tel verset du Coran avec telle ou telle découverte ou connaissance scientifique. D’où le nom générique de « concordisme » donné à cette manière d’interpréter le Coran et la Sunna[4]. Un des représentants principaux de ce courant est Zaghloul Al-Naggar (orthographié aussi Zaghloul El Najjar, Zaghloul Al-Najar). Al-Naggar est un géologue mais c’est aussi un « ouléma », c’est-à-dire un religieux ayant acquis une compétence dans la connaissance des textes de l’Islam (Coran et Suna). Il anime régulièrement une émission très regardée à la télévision égyptienne où il aborde des thèmes « théologiques », notamment l’exégèse du Coran et des Hadiths du point de vue de la « miraculosité scientifique du Coran ». Mais il intervient aussi sur des thèmes plus politiques, comme la question palestinienne[5]. Voilà un extrait de l’entretien qui a été diffusé par la chaîne égyptienne Al-Rhama le 6 janvier 2009 :

 

Zaghloul Al-Naggar : "Le prophète Mahomet a dit : "Si [l´ennemi] empiète ne serait-ce que sur un pouce de territoire musulman, le djihad devient un devoir : un enfant doit partir en djihad même sans la permission de ses parents, une épouse sans la permission de son mari et un esclave sans celle de son maître."
Interviewer : "Dons vous appelez à partir en djihad ?"
Zaghloul Al-Naggar : "Absolument. Il n´y a pas de solution."
Interviewer : "Mais qui a le droit de déclarer le djihad ?"
Zaghloul Al-Naggar : "Que les choses soient claires : le djihad est la seule manière de régler le problème. Avec le Juifs, on n´arrive à rien au moyen de la paix, d´accords, de frontières ouvertes, de liens diplomatiques et commerciaux. Ce sont des démons à forme humaine. Nombreux sont ceux qui croient que le judaïsme est une religion, mais les Juifs d´aujourd´hui ne sont pas vraiment juifs et n´ont rien à voir avec Moïse et la Torah. Ils forment une bande de voleurs malfaisants qui ont usurpé cette terre. Par nature, un voleur qui sait qu´il n´a aucun droit sur une terre impose sa présence par la force, le sang, les massacres, les meurtres et la destruction, afin de prouver qu´il a des droits sur la région."
Interviewer : "Exact."
Zaghloul Al-Naggar : "Telle est la nature des voleurs."
Interviewer : "C´est vrai."
Zaghloul Al-Naggar : "Il est inconcevable de traiter avec cette bande de voleurs comme s´il s´agissait d´un Etat. Nous avons commis une grosse erreur en les traitant comme un Etat. Ce n´est pas un Etat. Ce sont des groupes de voleurs et d´assassins malfaisants…
(…)
En occupant les pays arabes et islamiques, le monde occidental a réussi à exclure totalement l´islam du pouvoir décisionnaire. Toutes sortes de vauriens impurs se sont emparé du pouvoir. Le monde arabe est dirigé par le rebut de la terre et la poubelle des nations. Nous prions Allah pour qu´il les guide. Ou qu´il nous débarrasse d´eux."
Interviewer : "Oui."
Zaghloul Al-Naggar : "Pas un seul dirigeant arabe ne comprend ni n´applique l´islam.
(…)
J´accuse également les pays islamiques, pas seulement les pays arabes. Je dis à l´Iran : Où sont vos missiles ? Vous brandissez la bannière de l´islam, mais où sont vos missiles ? Où sont les soldats de vos défilés militaires ? Je dis au Hezbollah : Où sont vos missiles ? Quand les utiliserez-vous, si ce n´est maintenant ? Je dis à la Syrie, dont une partie du territoire est occupée depuis plus de trente ans : Où est votre armée ? Où son vos missiles ?"[6]

Al-Naggar promeut cette recherche de « concordances » systématiques entre l’islam et la science. Il a fortement influencé Abdul Majeed Zindani (orthographié parfois Zendani), un religieux yéménite qui est un des  fondateurs de la « Commission on Scientific Signs in the Quran and Sunnah », basée en Arabie Saoudite. Le Département du Trésor du gouvernement des Etats-Unis considère Zindani comme un des maîtres spirituels de Ben Laden et comme étant directement associé à Al-Qaida.[7]

 

 

 

 

 

 

La « Commission sur les signes scientifiques dans le Coran et la Sunnah » a organisé plusieurs conférences internationales auxquelles ont été conviés des scientifiques occidentaux non musulmans. A partir de ces conférences et d’entretiens filmés avec ces scientifiques, Zindani a réalisé une video dont le titre est «  Ceci est la vérité »[8], ainsi qu’un ouvrage portant le même titre[9].

Parmi ces scientifiques figure le Professeur Gerald Goeringer, un embryologiste aujourd’hui à la retraite ayant enseigné à l'Université de Georgetown.  Il déclarera que sa demande d’enquête sur une influence de la science grecque sur le passage du Coran faisant référence à l’embryon ayant été rejetée, il cessa de participer aux conférences.  A propos de ces conférences il affirme : "C'était une manipulation mutuelle," dit-il. "Nous avons dû aller à des endroits où nous ne serions pas allés sinon. Ils ont voulu ajouter de la respectabilité à ce qu'ils éditaient." [10]

Un autre scientifique, William Hay, océanographe, a été interrogé sur l’interprétation d’un verset où il est fait état de « vagues sous-marines ». Le professeur a émis plusieurs hypothèses, mais comme elles étaient rejetées par Zindani, il a dû concéder que cette référence à des « vagues sous-marines » devait être d’insipration divine. Il a reconnu ensuite s’être fait piégé : « Je suis tombé dans ce piège et ai ensuite averti d'autres d'y prendre garde. »

Le géologue Allison Palmer se souvient avoir été très sollicité par Zindani pour qu’il admette que les allusions du Coran ne pouvaient être dues qu’à une connaissance divine. Mais Palmers a refusé cette interprétation. Cependant dans la vidéo, Zindani prétend que Palmers aurait été « très impressionné par l’exactitude du Coran  » en la matière. Selon Palmers cette affirmation est « très exagérée ».

Joe Laigh Simpson est titulaire de la chaire d’Obstétrique et de gynécologie au Baylor College de Houston. Il est présenté par Zindani comme un des principaux scientifiques soutenant la concordance entre la science moderne et le Coran. Il a participé à plusieurs conférences organisées par Zindani. Interrogé aujourd’hui, le Dr Simpsons répond qu’il s’est borné à faire quelques commentaires qui lui semblent aujourd’hui « idiots et embarrassants ».

Alfred Kröner est un géologue allemand qui apparaît dans la vidéo de Zindani. Il y affirme que le Coran contient des connaissances géologiques dont Mahomet (Mohamed) ne pouvait disposer à son époque. Quand on interroge aujourd’hui le Prof. Kröner, il répond ceci (par courriel)[11] :

«J'ai répondu au fil des ans littéralement à des centaines d'emails sur ce sujet. En 1979, j'ai assisté à une conférence géologique à Jedda, en Arabie Saoudite, et il y a eu une interview télévisée de cinq géologues occidentaux, organisée par le ministre des affaires religieuses qui avait un doctorat en géologie. La question était si le Coran est compatible avec les modèles actuels de l'évolution de la Terre. Comme vous pouvez l'imaginer, il y a toujours des aspects dans les écrits religieux qui sont compatibles avec la nature, et le Coran ne fait pas exception. Les citations que vous trouvez aujourd'hui sur ces sites religieux sont sorties du contexte, je ne me souviens pas du détail de l'interview.
Dans tous les cas, je n'ai certainement jamais dit ce que vous trouvez sur ces sites comme cela est cité aujourd'hui. Je ne peux pas faire grand chose à ce sujet, j'ai exposé mon problème à plusieurs amis dans le monde islamique, et tous m'ont dit de laisser tomber et de vivre avec cela. »

On se rend donc compte que des procédés malhonnêtes ont été utilisés pour tenter d’enrôler des scientifiques occidentaux au service de cette tentative de « prouver » le caractère divin de la révélation reçue par Mahomet (Mohamed). Ces procédés s’accompagnent, selon Nidhal Guessoun d’une incompréhension de ce qu’est réellement la science et des méthodes par lesquelles elle parvient à valider certaines affirmations qui ne sont d’abord que des hypothèses. Nidhal Guessoun précise que « Quand on regarde de plus près les analyses (concordistes) qu’effectuent ces Ijazistes des versets coraniques, on se rend très vite compte que leurs connaissances scientifiques sont superficielles, médiocres, erronées, ou même obsolètes. Par ailleurs, leurs interprétations des versets coraniques sont souvent tendancieuses, pour ne pas dire « tirées par les cheveux »[12].

Loin d’indiquer une ouverture de la spiritualité vers la pensée scientifique, il s’agit au contraire pour ces dignitaires religieux  de faire entrer ce qu’ils croient être la science à l’intérieur de la religion.

Le résultat est désastreux car il contribue à éloigner les croyants musulmans de la réalité de la pensée scientifique en les maintenant captifs d’un cadre totalitaire où tout ce qui est affirmé l’est sous couvert d’une autorité indiscutable qui éteint la véritable pensée critique.

Qu’il y ait une relation entre cette entreprise de laminage intellectuel et les menées terroristes, c’est assez clair, et c’est ce que suggère par exemple Abdennour Bidar[13]. On peut d’autant mieux inciter un individu à se livrer à des actes monstrueux qu’on l’a d’abord rendu incapable de faire la différence entre une pensée construite, rigoureuse, capable d’affronter le doute et de se plier aux règles d’un examen rationnel, et l’affirmation autoritaire de « vérités » qui se situent en dehors de toute rationalité. Cette relation est d’ailleurs confirmée par la constatation de relations étroites entre ce courant de pensée et la mouvance jihadiste.

 

 

 



[1] Le « fondamentalisme » ou « intégrisme » consiste à vouloir retrouver une « pureté originelle » d’une religion en revenant aux fondements c’est-à-dire aux textes « sacrés » que l’on veut prendre dans leur « intégralité », sans chercher à en renouveler le sens à la lumière de l’évolution des mentalités ou des découvertes scientifiques. En Islam, il prend notamment la forme du salafisme, le mot salaf signifiant « prédécesseur » ou « ancêtre », ce qui renvoie au prophète Mahomet (Mohamed) et aux quatre premiiers califes. Le mouvement fut particulièrement illutré par Mohammed ben Abdelwahhab, au XVIIIe siècle. D’où le nom de wahhabisme. Suite à l’alliance entre Mohammed ben Abdelwahhab et la famille Saoud, qui est à la tête de l’Arabie Saoudite, ce courant religieux est devenu la doctrine officielle de ce pays.

[3] Maurice Bucaille : « La Bible, le Coran et la Science : Les écritures saintes examinées à la lumière des connaissances modernes. » (1976)

[4] Le « concordisme » n’est pas propre à la religion musulmane. Des tentatives de concordisme ont aussi touché les religions chrétiennes. Devant l’apparente contradiction entre les affirmations contenues dans la révélation écrite (les textes « sacrés ») et les découvertes scientifiques, il y avait deux positions immédiatement évidentes. Soit on rejettait les découvertes scientifiques en maintenant qu’il faut prendre les textes religieux à la lettre. Soit on tentait de montrer que les révélations religieuses sont en plein accord avec les découvertes scientifiques. Le concordisme du courant de « la miraculosité diu Coran » va même plus loin car il affirme que le texte du Coran et les paroles du prophète Mahomet (Mohamed) contenaient des connaissances scientifiques qui n’ont été découvertes que bien plus tard, ce qui serait censé prouver le caractère divin et non humain de la révélation coranique. D’ailleurs ce courant de la « miraculosité du Coran » utilise parfois l’autre possibilité en rejetant des affirmations scientiques qui seraient censées être en désaccord avec le contenu du Coran (c’est le cas pour la théorie de l’évolution). La doctrine catholique a été fixée par le Pape Léon XIII dans l’Encyclique Providentissimus Deus, Sur l'Étude des Saintes Écritures, publiée le 18 novembre 1893. Il y affirme que le l’Ecritire sainte contient la vérité, mais que celle-ci n’y figure pas forcément sous une forme littérale et que les interprètes de l’Ecriture ont pu se tromper sur le sens à lui donner.

[5] Zaghloul Al-Najar est l’auteur dun livre traduit en français sous le titre «  La conspiration ; aperçus du complot juif et international contre le peuple palestinien » (2005 pour la traduction française)

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Philosophia
  • : Blog destiné en priorité à mes élèves , mais je serais heureux de le partager avec tous ceux qui s'intéressent à la philosophie. On y trouvera des cours, des documents, des corrigés. Attention, il est formellement déconseillé de faire du copier-coller s'il s'agit de faire un devoir ! Par contre, on peut utiliser librement tout le contenu, surtout si on est élève ! Les commentaires sont les bienvenus.
  • Contact

La Liberté