Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

1)               

Devoir : Socrate et la naissance de la philosophie.

 

 

Socrate-et-Apollon.jpgSocrate : Je ne fais rien d’autre en effet que de circuler partout ; je vous engage, les plus jeunes comme les âgés, à n’avoir, ni pour vos corps, ni pour votre fortune, de souci qui soit antérieur à celui de l’amélioration de votre âme, ni qui soit même également fort ; je vous dis que ce n’est pas de la fortune que naît le vrai mérite, mais que c’est le vrai mérite qui fait bonnes la fortune, les autres choses humaines aussi, toutes sans exception, dans les affaires privées comme dans celles de l’Etat. Maintenant, si c’est en disant cela que je corromps, alors c’est que cela est dommageable ! (…)

 Ainsi donc à présent, il s’en faut de beaucoup, Athéniens, que ce soit, comme on pourrait le croire, ma cause à moi que je plaide ; c’est plutôt la vôtre, de peur qu’en me condamnant vous ne commettiez une grave faute au sujet du cadeau que vous a fait le Dieu ! Si en effet vous me faites périr, il ne vous sera pas facile d’en trouver un autre qui soit comme je suis : tout bonnement (quand même il serait  par trop ridicule de parler ainsi !), attaché par le dieu au flanc de la cité, comme au flanc d’un cheval puissant et de bonne race, mais auquel sa puissance même donne trop de lourdeur et qui a besoin d’être réveillé par une manière de taon. C’est justement en telle manière que moi, tel que je suis, le dieu m’a attaché à la cité ; moi qui réveille chacun de vous individuellement, qui le stimule, qui lui fait des reproches, n’arrêtant pas un instant de le faire, m’installant partout, et le jour entier.

Platon ; Apologie de Socrate, 4ème  siècle avant J.C.

 

 

 

 Questions :

 

1) Pourquoi Socrate met-il l’amélioration de l’âme au-dessus de tout le reste ?

2) Pourquoi serait-ce une faute de faire périr Socrate ?

3) Pourquoi la Cité aurait-elle besoin d’une sorte de « taon » ?

 

 

1)  La priorité défendue par Socrate est celle de l’âme. En effet, il estime que c’est « l’amélioration de l’âme » qui doit être le principal souci de ses concitoyens, et non le corps ou la richesse matérielle. Pourquoi l’âme doit-elle passer en premier ? La raison principale est qu’elle est la partie la plus noble de notre individu. C’est elle qui est consciente, qui peut comprendre et réfléchir. C’est elle qui chez un homme est le principe directeur. Tout ce que nous faisons, nous le faisons parce que nous avons jugé que cela était mieux pour nous. Et c’est notre âme qui a le pouvoir de juger, c’est-à-dire de décider ce que sera notre conduite, après avoir réfléchi. Or la plupart des hommes ne réfléchissent pas vraiment. Ils jugent à partir d’idées qui ne sont pas vraiment les leurs. Ils courent après les richesses, ils recherchent les plaisirs corporels, les honneurs, parce que tout cela est estimé par le groupe dont ils font partie. Ainsi leur âme est asservie au corps et à l’opinion publique. C’est comme si le corps disait à l’âme : « procure-moi de quoi satisfaire tous mes désirs, à n’importe quel prix, et d’abord la richesse qui est le meilleur moyen de s’offrir tout ce que l’on désire ! ». L’âme est donc mise en position de servante, elle doit obéir au corps. Alors que l’ordre naturel voudrait que ce soit l’âme qui commande au corps et décide des désirs à satisfaire et de ceux qu’il ne convient pas de satisfaire. Aussi les choses que l’on possède, comme l’argent, n’ont de valeur que si nous savons correctement les utiliser, que si nous avons une âme qui sait ce qui est juste. Encore faut-il que nous ayons pris soin de notre âme, que nous l’ayons cultivée et rendue capable de remplir sa fonction. Il y a une autre raison pour laquelle Socrate met l’accent sur l’âme, c’est qu’il pense que celle-ci est immortelle et que ce serait une erreur grave de préférer à cette âme immortelle les plaisirs éphémères du corps. Non pas qu’il faille renoncer au corps, mais il faut que celui-ci reste dans la position subordonnée qui est la sienne.

 

2)  Ce serait une faute de faire périr Socrate pour trois raisons :

– D’abord parce qu’il est innocent, ce qu’il a suffisamment montré au cours de son procès. Et c’est une faute de condamner un innocent.

-       Ensuite, et surtout, parce que, comme le dit Socrate, ce sont les Athéniens qui le condamnent qui souffriront le plus de la disparition de Socrate. Même si tous ne suivent pas ses conseils et ne pratiquent pas l’examen de leurs pensées, Socrate a néanmoins une influence positive sur la Cité. Il incite ses concitoyens à se remettre en question et sa seule présence dans les rues d’Athènes dissuade sûrement certains d’aller jusqu’au bout de leurs dérèglements. Socrate mort, ils resteront sans doute sans personne qui ait autant que lui le pouvoir de susciter la remise en question. C’est un peu comme si des malades voulaient tuer leur médecin sous prétexte qu’il leur applique un traitement désagréable. Si les malades arrivaient à leur fin, ils se retrouveraient sans médecin, mais tout aussi malades qu’auparavant. Leur situation aurait empiré car ils n’auraient plus de personne compétente capable de les soigner.

-       Enfin, ce serait une faute envers le dieu Apollon. Car c’est bien lui qui, par le biais de l’oracle de Delphes, a provoqué la vocation de Socrate. Aussi ce dernier est-il tout à fait fondé à se considérer comme un « cadeau du dieu ». Les Athéniens ne peuvent nier la véracité de l’oracle qui a déclaré que Socrate était l’homme « le plus sage de Grèce ». En le faisant mourir, ils offenseraient le dieu et témoigneraient de leur peu de foi.

 

3)  La Cité d’Athènes a besoin d’une sorte de « taon » car comme le dit Socrate dans son analogie, elle ressemble à un gros cheval qui s’endort, fier de sa force et empâté par sa puissance. Athènes est alors la cité la plus riche, militairement et économiquement la plus puissante. Elle se flatte d’être aussi la ville la plus cultivée, celle qui offre les spectacles les plus divertissants. Mais cette puissance dissimule mal de profondes divisions. Beaucoup d’Athéniens vivent en parasites des dividendes procurés par le commerce. Athènes ne songe plus qu’à devenir toujours plus riche, ne serait-ce que pour nourrir une foule de pauvres qui n’ont plus de véritable profession. Les mœurs s’avilissent, l’esprit patriotique se perd, l’injustice règne. Mais la réussite matérielle est encore si présente que la plupart des gens préfèrent ne pas voir ce qui gêne. Voilà pourquoi Athènes aurait besoin d’être réveillée, d’être confrontée à la réalité, à ses contradictions, à ses injustices. On peut d’ailleurs aller au-delà de la situation historique dans laquelle vivait Socrate : tout groupe humain qui forme une certain unité a tendance à se glorifier lui-même et à refuser de voir la réalité qui dérange. Tout individu même est animé de cette tendance à s’auto-satisfaire facilement et à refuser de faire son examen de conscience. Les problèmes sont ignorés, ou mal identifiés. Et c’est pourquoi les « Socrate » sont nécessaires. Ceux qui ne vont pas hésiter à poser les questions qui dérangent et à remettre en question les pseudo-évidences qui servent à préserver le sommeil des vaniteux.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Philosophia
  • : Blog destiné en priorité à mes élèves , mais je serais heureux de le partager avec tous ceux qui s'intéressent à la philosophie. On y trouvera des cours, des documents, des corrigés. Attention, il est formellement déconseillé de faire du copier-coller s'il s'agit de faire un devoir ! Par contre, on peut utiliser librement tout le contenu, surtout si on est élève ! Les commentaires sont les bienvenus.
  • Contact

La Liberté